Duane Michals est un photographer américain né en 1932 en Pennsylvanie.
Qu’il soit en train de créer, d’enseigner, de bavarder ou simplement de vivre, Duane Michals reste un homme de cœur, et c’est ce qui en a toujours fait un photographe à part, attaché à l’authenticité et aux expériences extraordinaires. Amour de l’imaginaire, amour de la fantaisie, amour de l’humanité, du savoir, de la curiosité, amour de l’humour. À quatre-vingt-un ans, cet enfant d’une famille pauvre de mineurs de McKeesport (Pennsylvanie) fait figure d’héritier d’un état d’esprit unique, celui qui rassemble une liberté absolue de penser et la toute-puissance du rêve. Impossible de ne pas céder à sa véhémence, rempart contre la facilité, ou à ses jeux de dérision, gardiens d’une humilité que le succès n’aura jamais su abîmer. Il manie la provocation comme un écolier devant l’autorité, s’amuse du monde et des autres, jamais avec mépris, simplement avec malice, juste pour lancer un défi à tout ce qui est établi. « Docteur Duanus » – comme il aime s’intituler – a le regard doux, la voix délicate mais le goût pour les mots sans façon. Il les utilise pour accompagner son émerveillement des choses simples, une poésie du quotidien qui devient théâtre fantastique lorsqu’il se mue en clown de rue ou en comédien dramatique pour la romancer. Là, devant soi, l’atmosphère des films de Georges Méliès resurgit presque, et avec elle l’envie d’écouter des histoires merveilleuses. Quelque part, Duane Michals n’est ni photographe ni artiste – deux mots qu’il bannit presque de son vocabulaire –, il est autre chose, un être indéfinissable par la catégorie, une sorte de magicien pour enfants.
Duane Michals n’a jamais étudié la photographie. C’est sans doute pour cette raison qu’il a perpétuellement manipulé le médium sans aucun complexe, sans se référer à une quelconque œuvre ou figure, maudissant même les traditions établies. Lorsqu’au soir des années 1950 il se lance dans la pratique, il voit d’abord en l’image une façon d’exprimer des idées, une vision du monde ou de l’existence. Ainsi, il faut approcher son travail comme celui d’un écrivain ou d’un philosophe se servant des éléments de la réalité pour questionner et dépeindre ce qui n’est qu’imaginable. C’est une photographie de la pensée.

2016-03-01_180547

a051Demonic-Duane-A__-JC Sting

 

med_dmi-press-25-1-jpg tumblr_lhkn8jtPnU1qbhfrso1_500

tumblr_lg67x6qOhG1qzd6rno1_500 tumblr_lj0bdiUqBW1qeqs9ao1_500

tumblr_lhze9xSbnD1qadwb7o1_500 tumblr_lji94cvXOz1qi6914o1_500 tumblr_lkvxf2zVd01qzu2yro1_400tumblr_llhxtdPVpu1qgcnzwo1_500

tumblr_lm41d3SLrQ1qidigso1_500

tumblr_lnmwv91YTM1qm7l34o1_500tumblr_lnmww7hSGR1qm7l34o1_500

tumblr_lnmwy8bGLq1qm7l34o1_500 tumblr_lnsecvcp931qbkbwmo1_500

tumblr_lnrg3v86cF1qjtvmuo1_500

tumblr_logghfUsc71qg0ar0o1_500tumblr_lrl849Yg311qapcf6o1_500

tumblr_ls8we5xpeD1qa1sqfo1_500tumblr_lznaqcQ0UO1qalawwo1_500

tumblr_lyo6rsJbkr1r0o3jao1_250 tumblr_m2ourxnFdC1r64mr2o1_1280en   n     e

tumblr_lznik3Dyj81rpjiooo1_500

tumblr_m6lj8lW3B01r3xww2o1_500 tumblr_m748vn73lK1qd4u7jo1_500

tumblr_mh0ax0ft8V1rovvf2o1_500 tumblr_m46ediE5FD1qm68dio1_500

tumblr_m3dvo40DmD1qbjtv7o1_1280

Les séquences photographiques de Duane Michalstumblr_ljnn32Ilyw1qclio4o1_500

sequence-photographie-duane-mickeals-01

tumblr_lhzuozehDk1qd2mhoo1_500

tumblr_lzbhjeyMcq1qb5wbbo1_540

tumblr_loi17yoxnk1qmo897o1_500 tumblr_lnpl6jrssv1qkhyllo1_250

sequence-photographie-duane-mickeals-06

sequence-photographie-duane-mickeals-07

sequence-photographie-duane-mickeals-03

sequence-photographie-duane-mickeals-04

Un esprit malin!